Si la netteté est primordiale en macrophotographie (les yeux doivent être nets, pour le reste, tout dépend de la profondeur de champ), le fond a toute son importance et va permettre de mettre en valeur l'animal photographié. Et, comme on dit, il n'y a pas photo !

La preuve par l'image : deux papillons (un argus bleu céleste et une zygène), photographiés le même jour et quasiment au même endroit, deux résultats différents :

2007_08_Bel_Argus_01

2007_08_Bel_Argus_02

Dans cet exemple, même si l'argus est net et la composition correcte, le fond "foulli" nuit grandement à la lisiblité de l'image, qui perd de ce fait en "puissance" et en qualité.


2007_08_Zygene_01

2007_08_Zygene_02

Pour cette zygène, le fond uni permet une meilleure lisibilité de l'image : celle-ci, de fait, gagne en qualité.


Les quatre photos ont été prises au téléobjectif en position macro (1:2), à 180 mm. Pour l'argus, j'ai une ouverture de f16. Pour la zygène, respectivement de f5,6 et f6,7.

Cela démontre l'importance de l'ouverture : plus elle est importante (f5,6 - f6,7), plus la profondeur de champ ("zone de netteté") est réduite. Inversement, plus elle est petite (f16), plus la profondeur de champ est importante.

Avec une profondeur de champ réduite, le fond sera plus flou, et donc plus uni. En contre-partie, la zone de netteté est plus réduite : d'où l'importance de la mise au point précise sur les yeux de l'insecte, à défaut de l'avoir complétement net.

Mais une profondeur de champ réduite n'est pas une garantie de photo réussie. En effet, si pour la zygène j'avais eu une centaurée en fleur en arrière-plan, j'aurais eu sur la photo une belle tâche bleue floue !

Moralité : en macro, il faut non seulement se concentrer sur l'insecte, mais aussi être vigilant sur l'arrière-plan !