Bryone dioïque (Bryonia dioica) - White Bryony

Attention, jadis, la Bryone dioïque était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche ! Hildegarde de Binguen indique même, au XIIème siècle  : « Pour se garantir de l'ivresse, boire du jus de bryone avec autant de vinaigre, ainsi toute la semaine on ne sera point ivre »

Autant être franc, je n'ai pas testé ...

Les noms communs de la bryone sont des plus ... poétiques : navet du diable, couleuvrée, vigne-blanche, herbe de feu, rave de serpent, mandragore grimpante...

2012_08_25_Bryone_dioïque_01

St Genis Laval, Rhône (69), 25 août 2012

La Bryone dioïque (Bryonia dioica) (du grec ancien βρὐον / brúon, « fleur ») est une plante herbacée vivace par sa racine, de la famille des Cucurbitacées. C'est une plante grimpante des haies, aux baies rouges et noires. Sa racine charnue est amylacée et fortement purgative.

La racine et la partie souterraine de la tige forment une souche charnue, à écorce jaunâtre, qui émet au printemps les bourgeons donnant naissance à de nouvelles tiges.

Plante dioïque, ses fleurs mâles (ou staminées) et femelles (ou pistillées) se trouvent sur des pieds différents. Les fleurs mâles sont portées par des rameaux plus long que les feuilles à l'aisselle desquelles ils s'insèrent, tandis que les fleurs femelles sont portées par des rameaux plus courts.

Plante vénéneuse par sa racine. Elle contient dans toutes ses parties, mais surtout dans la racine et les fruits des saponines (bryonine) et des hétérosides triterpéniques, dont la bryonidine et des curcurbitacines.

Elle peut provoquer par simple contact cutané des dermites, plus ou moins irritées. L'ingestion de parties de la plante (baies, racine) provoque des vomissements, de la diarrhée et peut avoir des conséquences graves (délire, crampes…). L'absorption de quelques dizaines de baies, attrayantes par leur couleur, suffirait à provoquer la mort d'un enfant.

Source: Wikipédia